Interreligieux

En FÉVRIER 2019, le pape a rencontré le Grand Imam d’Al-Azhar Ahmad Al-Tayyeb à Abu Dhabi 
Voir le compte-rendu du voyage et le document publié
-> VOYAGE APOSTOLIQUE DU PAPE FRANÇOIS AUX ÉMIRATS ARABES UNIS

Extraits d’articles parus dans la presse régionale

 La fédération des musulmans du Tarn représentée par son secrétaire général Bassirou Camara, l’imam Abdel Hamid et Steeven Lallemand, fidèle de la mosquée de Saint-Juéry, sont venus ce vendredi après-midi à la cathédrale Sainte-Cécile déposer une gerbe de fleurs, pour « témoigner (leur) solidarité à l’égard de la communauté chrétienne et rejeter toute forme de violence ». Ils ont été accueillis par Monseigneur Jean Legrez, Archevêque d’Albi et le père Paul de Cassagnac, curé de la cathédrale, sur le parvis de Ste-Cécile.
« Toutes nos condoléances pour ce qui s’est passé. Nous sommes tristes. L’Islam prêche la miséricorde, la fraternité, la tolérance. L’Islam interdit le meurtre et dit que celui qui tue un être humain, c’est comme s’il tuait toute l’humanité. Ceux qui commettent ces actes ne sont pas des musulmans, ce sont des barbares » a insisté l’Imam Abdel Hamid.
« C’est à nous, ensemble, de faire front » La rencontre initialement prévue par la préfète du Tarn entre les représentants des différents cultes dans le département, ayant été rendue impossible par le confinement, la toute nouvelle fédération des musulmans du Tarn a pris l’initiative de cette démarche de fraternité. Une initiative saluée par l’Archevêque d’Albi qui a rappelé la démarche de François d’Assise, au XIIIe siècle, venu à la rencontre du sultan de Babylone en pleine guerre entre chrétiens et sarrasins. « C’est à nous, tous ensemble, de faire front. Nous avons cet engagement-là» a assuré Bassirou Camara.
(M.L  La Dépèche)

Tarn libre du 13.11.2020
“Ni peur, ni méfiance, ni repli”, des habitants du quartier de Cantepau à Albi lancent un appel pour déjouer la logique terroriste.
C’était le 2 novembre lors de la dernière messe de Toussaint à l’église de la Madeleine, de l’autre coté du pont à Albi. Avant l’office, le curé invite plusieurs personnes à intervenir. L’un dit des sourates du Coran, don celle-ci : « …Si la Divinité l’avait voulu, il aurait fait des hommes une seule communauté religieuse {…} rivalisez donc en bonnes oeuvres…” (Sourate 5 Verset 48). Une autre lit un poème. Son titre : Un monde meilleur. Les vers disent le rêve de « l’approcher, le toucher, le caresser ». Dans ce monde, chacun aurait son libre choix. Une troisième cite Marie Curie. Des mots qui disent la voie à prendre pour atteindre ce monde meilleur : « Chacun de nous doit travailler à son propre perfectionnement tout en acceptant dans la vie générale de l’Humanité sa propre responsabilité”. A la fin, des applaudissements sont montés… Et une fois l’office terminé, des échanges ont eu lieu en petits groupes, des remerciements sont allés vers celles et ceux qui venaient de présenter leur « démarche de partage de peine et d’espoirs ».
Car ces choses vues et entendues lors de cette messe de la Toussaint ont été un temps d’une initiative prise par des habitants de Cantepau – le quartier voisin de la Madeleine – après l’attaque terroriste islamiste qui a couté la vie le 16 octobre à Samuel Paty. Le dimanche suivant, certains étaient présents à l’hommage rendu au professeur d’histoire géographie du collège de Conflans-Sainte-Honorine qui se déroulait place du Vigan.
Et puis, Malika, Daniel, Lili, Florence, Marie, acteurs impliqués dans la vie de leur quartier, dans le cadre associatif, de communauté religieuse catholique et musulmane, de conseils de quartier ou citoyen se sont retrouvés pour « faire quelque chose ».
Catholique, musulmans, athées, ils ont résumé pour nous leur entreprise dans un texte commun : « Nous avons senti qu’il fallait faire quelque chose de concret en urgence pour ne pas laisser place à la peur, la méfiance et au repli. La fraternité est plus forte que cette haine ». Les événements tragiques des dernières semaines – « et qui font lien avec tous les précédents depuis 2015 », écrivent-ils – démontrent pour elles et eux « l’urgence d’agir par des actions simples à l’échelle peut-être des quartiers » (texte intégral en pied de page). Ils ont déposé une fleur auprès des écoles. Viennent de créer une adresse mail (humanitefraternitetarn@gmail.com). Et peu a peu leur groupe grandit déjà. Vivre, être et faire ensemble société pourrait être leur devise… suite de l’article

Les commentaires sont fermés.