Un nouveau curé à Graulhet…

La nomination d’un curé pour une communauté paroissiale ressemble un peu à un mariage arrangé, un peu forcé, un mariage de raison comme on disait autrefois. Il y a d’un côté un prêtre inconnu de la communauté, de l’autre une communauté inconnue de son futur pasteur. Notre vie ecclésiale actuelle ne permet pas dans ses nominations de choix mutuel ni de concertation préalable. Pas de fréquentation avant le mariage !
Nous voilà vous et moi invités à lier désormais nos destins pour le meilleur et pour le pire dans les joies et les épreuves. Nous ne nous sommes pas choisis et pourtant nous sommes invités à vivre ensemble. À nos âges, curé comme communauté nous avons chacun nos manies, nos habitudes. Des curés, vous en avez vu passer beaucoup, des paroisses, je commence à en connaître plusieurs.
Quelle perspective nous donner dans ces conditions où nous sommes envoyés les uns vers les autres sans l’avoir demandé ? Le mariage de raison doit se transformer en mariage d’amour. De la raison forcée doit naître l’amour mutuel ! C’est notre seule issue pour durer ensemble.
Trois choses peuvent nous aider à cheminer.
– Tout d’abord notre passion commune pour Jésus le Christ. C’est lui le ciment du couple que nous devons former. Qu’il soit un maître, un ami, un compagnon, un frère. Qu’il soit notre sauveur, notre espérance, le fils de Dieu qui nous guérit et nous pardonne. Qu’il soit celui pour qui nous ayons envie d’être disciples et missionnaires. Il est celui qui passe devant pour ouvrir le chemin de notre union.
– Ensuite, il y a notre passion commune pour l’Église. J’ai déjà perçu depuis un mois de présence à Graulhet, que nous la voulons servante, disponible à tous, ouverte au dialogue, même si elle est pauvre et fragile. J’ai pu mesurer que nous sommes divers mais décidés à la faire vivre par notre témoignage.
– Enfin il y a la patronne de cette nouvelle paroisse, la vierge Marie Mère de l’Église ! Briatexte vénère Notre-Dame de Beaulieu et c’est important de trouver beau l’endroit où l’on vit. Quant à Graulhet, j’ai toujours trouvé super romantique que le vocable de l’église principale soit Notre-Dame du Val d’Amour. Un beau lieu, de belles personnes et un val d’amour, comment ne pas s’aimer avec ça ?
J’espère que l’avenir nous donnera raison de nous être mutuellement acceptés pour vivre ensemble avec la grâce de Dieu.

Jean-Marc Vigroux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *